TENDANCES ET ENJEUX DES EHPAD DÉCRYPTÉS PAR ELIOR SERVICES SANTE

TENDANCES ET ENJEUX DES EHPAD DÉCRYPTÉS PAR ELIOR SERVICES SANTE

1 mars 2018

Tom Lowe
1 mars 2018

[Article] Habitat alternatif : ces maisons de retraite qui n'en ont pas l'air

Des établissements cherchent à favoriser l'autonomie de leurs résidents en les aidant à garder une vie active. Entre la vie en collectivité en maison de retraite et la solitude potentielle du vieillir chez soi, il existe des alternatives. Focus sur l'habitat groupé pour personnes autonomes.

Des initiatives loin des clichés

L’entrée en maison de retraite est encore souvent perçue comme une mise à l’écart de la société. Port de blouses, grande capacité d’accueil et horaires de fonctionnement peuvent conférer un aspect impersonnel que redoute autant le (futur) résident que ses proches.

La réalité est heureusement loin de cette image, mais c’est aussi en réaction à celle-ci que des maisons de retraite nouvelle génération voient le jour. Certaines sont même à l’initiative des résidents, qui se veulent acteurs de leur retraite.

Les points communs de ces habitats, pourtant très différents les uns des autres ? Ils ne ressemblent en rien à une clinique et visent, à leur manière, à prolonger l’autonomie à domicile des habitants.

Quand les retraités dessinent leur chez-eux

L’habitat groupé peut recouvrir une réalité très conviviale. De la maison des Babayagas, à la maison de Chamarel les Barges, en passant par les nouveaux béguinages, il existe autant de possibilités que d’envies, de groupes et de territoires. 

La maison des Babayagas à Montreuil, éco-conçue, autogérée, féministe et réservée aux femmes de plus de 65 ans, fait figure de précurseur. Ouverte en 2013 après des années de bataille administrative, elle se définit comme « l’anti maison de retraite ». Les Babayagas sont actives dans la vie sociale en faisant du soutien scolaire, de l’aide aux femmes, ou encore des sorties culturelles. Libres, volontiers espiègles, elles ne s’interdisent pas de prendre le dernier métro pour rentrer de la Nuit Blanche parisienne. Pour elles, bien vieillir est synonyme de partage, et contraire de repli sur soi. Les Babayagas ont déjà essaimé à Saint-Priest, Palaiseau, Brest, Bagneux et Saint-Étienne.

La maison Chamarel – les Barges à Vaux-en Velin près de Lyon, a ouvert en juillet 2017 - le projet avait germé en 2009. Conçue par un groupe d’amis retraités rassemblés en une association, cette maison est un modèle de coopérative d’habitants pour seniors. Avec ténacité et humour (ils ont quand-même réussi, entre autres, à obtenir un prêt bancaire sur 50 ans !), ils ont démontré qu’il était possible de construire une maison qui leur ressemble, et qui véhicule les valeurs qu’ils ont à cœur. Le bâtiment écologique (construit en BTP, comprendre Bois Terre Paille) offre, en plus des appartements, de nombreux espaces collectifs : deux chambres d’amis pour héberger les proches, une salle commune avec cuisine, un atelier bricolage, une buanderie, un local à vélo, un parking, des jardins, et des ruches sur le toit. 

Ces figures de proue comptent bien servir d’inspiration pour de futures maisons de seniors. Grâce à elles, ainsi qu’à quelques autres (comme celles qui sont soutenues par Habicoop, fédération française des coopératives d’habitants), l’habitat participatif a été réintroduit dans la loi Alurde 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové[1].

Construire une maison pour tous

Tricycles et déambulateurs

D’autres maisons de retraite innovent en mixant les habitants selon leur âge, afin de créer des passerelles générationnelles. Ainsi, une vingtaine de maisons en France hébergent une crèche, comme la maison de l’Abbaye à Saint Maur. Seniors comme bambins apprécient de s’y côtoyer. Les petits s’habituent à voir d’autres adultes que leurs familles ou le personnel de crèche. Et les seniors trouvent ainsi une stimulante utilité sociale au contact des enfants. Un modèle intergénérationnel qui répond à un enjeu de société.

Étudiants et seniors

D’autres résidences intergénérationnelles, comme le village du Bois Bouchaud à Nantes, ouvert fin septembre 2017 par la Croix Rouge, hébergent sous le même toit des seniors, des étudiants, et aussi des familles. Le principe s’avère très sécurisant pour les personnes âgées, et entraîne des échanges, une solidarité réciproque… et aussi des économies.L’Habitat des possibles[2] participe de la même démarche.

S’intégrer dans le territoire

D’une manière générale, les maisons de retraite nouvelle génération se conçoivent en portant la réflexion au-delà de l’unité d’habitation, les envisageant dans leur territoire. Un parti-pris qu’illustre le projet de la maison Nelly Berthold[3], dans la commune rurale de Dieue-sur-Meuse (Grand Est).

Pour que la personne âgée retrouve un rôle et un lien social, la maison se veut vecteur de circulation et d’échanges. Pour réussir son pari, elle sera un lieu triplement ouvert :

  • Une ouverture architecturale : « une maison entourée d’un jardin public accessible aux habitants de la ville » illustre Guillaume Boutterin, porteur du projet.
  • Une ouverture des espaces de vie à toutes les personnes âgées du territoire qui souhaitent vivre chez elles mais prendre part à la vie sociale sur ce lieu.
  • Une ouverture générationnelle : véritable projet social, le lieu sera disponible aux associations locales qui pourront l’utiliser pour leurs activités. « L’objectif est d’en faire un ”tiers lieu” intergénérationnel » résume le responsable.

En bref : « une maison pour tous, plutôt qu’une maison pour personnes âgées ».

Choisir et partager

Ces nouveaux seniors, encore autonomes et sans problèmes de santé particuliers, s’organisent pour sélectionner eux-mêmes la résidence de leurs vieux jours - afin aussi de ne pas laisser cette responsabilité à leurs enfants. Quelle que soit la dénomination de ces nouveaux logements, ils rassemblent à différents degrés les ingrédients suivants :

  • On y vit dans un petit nombre d’appartements individuels. L’habitat est indépendant, c’est un vrai « chez-soi » à l’image de son habitant ;
  • Le lieu offre la liberté d’aller et venir, préservant autonomie et indépendance ;
  • On y vit dans un voisinage bienveillant, voire vraiment solidaire : s’appuyer sur ses voisins, ou sur un réseau de professionnels disponibles alentours, en cas de coup dur, de problèmes de santé et simplement pour le quotidien ;
  • À proximité immédiate de ce logement se trouvent des services qui simplifient la vie et parfois des activités ;
  • La maison s’inscrit dans la vie de son environnement, elle en est actrice par les activités de ses habitants impliqués dans la cité ;
  • Sont mis en commun les espaces qui ne servent pas en permanence (chambres d’amis, grande salle de jeu), ou qui profitent à tous par la convivialité qu’ils apportent (jardin, potager, salon…). Les services (buanderie, auto-partage, numéro d’urgence dédié, gardiennage) sont également mutualisés ;
  • Souvent, le logement, s’il est neuf, sera conçu dans une perspective écologique, ce qui est aussi synonyme d’économies sur le long terme. 

 

Article rédigé par Marine Guillermou pour Echo Silver et proposé par Christelle Liénart, Expert Conseil en hôtellerie de santé


[1] Le statut des coopératives d’habitants avait été aboli en 1971

[2] Un projet récompensé par le prix Fondation Cognacq-Jay en 2016.

[3] Le projet compte boucler son budget début 2018 pour sortir de terre

 

Abonnez vous à notre newsletter mensuelle
Rechercher
Notre sélection
Le
Le top 6 des articles 2018 d'Echo SilverRetrouvez les meilleurs articles d’ECHO SILVER parus en 2018, et rendez-vous en 2019 pour toujours plus...Lire la suite
[Article]
[Article] Les temps forts de la vie en EHPADLa question peut paraître saugrenue : « Il n’y a que des temps forts au sein des EHPAD !...Lire la suite
[Article]
[Article] Accueil d’un nouveau résident en EHPAD : réussir la rencontre - étape n°1Dans la salle à manger d’un EHPAD, les fauteuils roulants prennent de plus en plus...Lire la suite
Récemment
[Événement]
[Événement] Couverture Synerpa 2019: Recevez le compte-rendu ! C’est en tant que média officiel du Synerpa que votre média Echo Silver by Elior...Lire la suite