TENDANCES ET ENJEUX DES EHPAD DÉCRYPTÉS PAR ELIOR SERVICES SANTE

TENDANCES ET ENJEUX DES EHPAD DÉCRYPTÉS PAR ELIOR SERVICES SANTE

1 févr. 2018

Tom Lowe
1 févr. 2018

[Article] Le retour des béguinages

Nés au XIIème siècle dans les Flandres et aux Pays-Bas, les béguinages ont longtemps offert la protection de la vie en communauté à des femmes fragilisées par le célibat ou le veuvage. Ce système revient à l’ordre du jour pour proposer aux séniors solidarité, convivialité et autonomie.

« Le béguinage rassemble des personnes, souvent seules, qui recherchent un environnement sécurisant, explique Jean-François Trochon, fondateur de Béguinage et Compagnie, une start-up d’innovation sociale de l’habitat (ESS) qui accompagne les collectivités et les bailleurs dans la réalisation de béguinages selon un modèle participatif. En rompant un isolement qui met à mal la santé, le moral et l’autonomie, ces logements apportent un sentiment de sécurité par le lien social qu’ils créent ».

Une vie en communauté

Dans un béguinage, chaque résident est propriétaire ou locataire ; il dispose aussi d’espaces partagés : des salons, des jardins, etc. Une charte est rédigée pour encadrer le bon fonctionnement de ce lieu à la fois individuel et communautaire. Elle regroupe l’ensemble des règles à suivre, et précise le mode de gestion des difficultés qui peuvent se présenter : soucis de santé, utilisation des espaces communs, tensions de voisinage, etc.

Veiller les uns sur les autres, s’entraider, faire les courses pour celui ou celle qui est malade ou temporairement dépendant, jardiner pour l’agrément de tous… telle est la promesse de ce mode de vie fait de service et d’attention.

Ecoute et co-construction

La réussite d’un tel concept repose d’abord sur l’écoute. Pour un nouveau béguinage, les futurs résidents exposent ainsi leurs visions, leurs attentes, leurs besoins et leurs perspectives d’avenir, dont la synthèse permettra ensuite d’établir le projet architectural, la charte de vie en communauté, ainsi que les procédures de vigilance et de soin. « La force du béguinage, c’est la co-construction. Un lien fort entre toutes les parties prenantes se crée, les habitants étant au cœur des démarches » résume Jean-François Trochon. La nomination d’un référent s’avère également essentielle pour coordonner les activités internes et externes. Il s’agit d’une personne clé qui agit et accompagne les prises de décision, chargée de la vigilance et de la coordination.

Autonomie, vigilance et prévention

Pour limiter les risques liés à l’âge, les béguinages misent sur la prévention. Celle-ci repose sur la vigilance réciproque, la solidarité, mais aussi sur la technologie. Des capteurs de télé-vigilance peuvent permettre de détecter des comportements inhabituels, une chute par exemple. L’humain et la technologie se complètent pour prévenir et veiller sur les plus vulnérables, permettant ainsi d’intervenir rapidement – et d’éviter autant que possible une hospitalisation.

Maintenir l’autonomie, cela signifie aussi favoriser la liberté de déplacement. Certains béguinages ou habitats groupés mettent en place des services d’auto-partage et des solutions de transport à la demande.

Retrouvez l'intégralité de l'article et bien plus encore sur le ebook

"LES TEMPS FORTS DE LA VIE EN EHPAD" 

Téléchargez l'ebook 

La notion de capacité

Dans les béguinages, la vie en communauté donne à chacun le sentiment d’être utile, un point clé pour conserver le respect de soi-même, développer ses relations sociales, et peut-être aussi conserver l’envie de vivre. L’activité est encouragée, et chacun peut y participer à hauteur de ses capacités et de ses envies. Alors que dans le cadre classique d’un EHPAD il arrive que des résidents valides se sentent dépossédés de responsabilités dont ils seraient encore capables, il peut être demandé ici aux résidents de participer à la cuisine commune, ou au ménage.

Eplucher les légumes, jardiner, organiser des fêtes : cela peut paraître insignifiant, mais en réalité c’est la notion fondamentale de se savoir « capable » qui est en jeu.

La quête de sens

Être valorisé, sentir que l’on appartient à une collectivité solidaire, pouvoir transmettre un savoir constituent autant d’éléments qui contribuent à donner un sens à sa vie. « Les histoires personnelles que nous entendons au cours de nos ateliers sont très riches. Il faut savoir les entendre, pour les valoriser ensuite comme un patrimoine culturel qui peut aider à construire l’avenir » témoigne Jean-François Trochon.

Economie et implication

En mutualisant les biens, les espaces et les services, les béguinages permettent de réaliser de substantielles économies. L’implication des résidents dans les tâches d’entretien et de fonctionnement (gestion, jardinage, arrosage, etc.)  permet également de réduire le coût des prestations externes, avec le double bénéfice de favoriser l’autonomie et la confiance en soi.

Des bonnes pratiques utiles à tous :

  • Co-construire : Développer la co-construction en s’appuyant sur le Conseil de vie sociale. « A la lumière des ateliers que nous organisons, je crois que l’on pourrait aller beaucoup plus loin dans l’écoute, les activités et les animations en EHPAD, en profitant des idées et des savoir-faire des résidents », considère le fondateur de Béguinage et Compagnie, qui fut d’abord, pendant 8 ans, directeur d’EHPAD.
  • Réfléchir aux services proposés : La question des déplacements constitue notamment une piste de réflexion à approfondir.
  • Maintenir l’autonomie par des tâches simples : Le maintien des tâches de la vie quotidienne et des savoir-faire permet de conserver une meilleure autonomie.
  • Miser sur les talents : En misant sur l’expérience et le savoir-faire des résidents, les EHPAD peuvent multiplier les échanges pour faire perdurer leurs compétences.

Pour aller plus loin :

La maison des babayagas : béguinage pour femmes, ouverte à Montreuil (93) en 2012.

Les béguinages reviennent à la mode

Béguinage : îlot de liberté et apprentissage de la vie en communauté (avec ses frictions)

 

Article rédigé par Marine Guillermou pour Echo Silver et proposé par Nathalie Germain, Expert en hôtellerie de santé.

 Photos Maxime Dufour. Notre Logis (Halluin) et Béguinage de Bondues (59)  

 

footer LB2019

Abonnez vous à notre newsletter mensuelle
Rechercher
Notre sélection
Le
Le top 6 des articles 2018 d'Echo SilverRetrouvez les meilleurs articles d’ECHO SILVER parus en 2018, et rendez-vous en 2019 pour toujours plus...Lire la suite
[Article]
[Article] Les temps forts de la vie en EHPADLa question peut paraître saugrenue : « Il n’y a que des temps forts au sein des EHPAD !...Lire la suite
[Article]
[Article] Accueil d’un nouveau résident en EHPAD : réussir la rencontre - étape n°1Dans la salle à manger d’un EHPAD, les fauteuils roulants prennent de plus en plus...Lire la suite
Récemment
[Article]
[Article] Lecture estivale #6 : Le décès en EHPAD : comment préparer ses équipes ? Comment réagir ?Ce matin, l’hôtelière a toqué à la porte de la chambre 10, celle de madame...Lire la suite